Partir à l’étranger sans argent pour la première fois

Comment ai-je organisé mon premier long voyage à l'étranger, seule et sans argent ? Comment tout a commencé ?

 As-tu toi aussi un job dans lequel tu n’es pas épanoui ? Une équipe qui te tire vers le bas ou avec laquelle tu aspires à dire Ciao ? Ou bien une envie irrésistible de partir loin, de te dépayser et rencontrer d’autres cultures ? Ou peut-être désires-tu te challenger, repousser tes limites, apprendre sur toi-même et tes capacités ?

 Les raisons pour voyager sont nombreuses, et bien différentes, mais telles étaient les miennes. Pourtant, rien n’avait prédit que je deviendrais une telle voyageuse et, encore moins une backpackeuse et auto-stoppeuse ! Mais les circonstances ont fait naître en moi cette envie irrépressible de partir. Certes, il y a eu des doutes, des pleurs, des colères, mais j’ai fini par faire de ce rêve une réalité. Et si j’ai pris conscience d’une chose depuis ces dernières années, c’est que nous seuls avons le pouvoir de changer nos vies, de réaliser nos rêves, car nous avons le pouvoir de Penser et par conséquent, de Choisir. 

« Nous seuls avons le pouvoir de changer nos vies, de réaliser nos rêves, car nous avons le pouvoir de Penser, et par conséquent, de Choisir. »

 Parce qu’il faut bien commencer par un premier article, pourquoi donc ne pas commencer par le commencement ? Comment tout a commencé ? Comment ai-je préparé mon premier voyage ? Plus important encore, comment m’a t-il donné la certitude que ça serait de loin le dernier, et m’ait transformé en une véritable traveladdict, backpackeuse et auto-stoppeuse dans plus de 15 pays jusqu’ici ?

 Cet article s’inspira de mon histoire et de mon expérience, mais t’apportera sans doutes des réponses aux questions que je me suis posée au tout début. Comment sauter le pas ? Comment gérer ses proches ? Quelle destination choisir ? Comment se préparer ? Ou encore, comment lâcher prise et laisser place à l’improvisation ? Peut-être te reconnaîtras-tu dans cet article, ou auras-tu vécu une situation similaire. Quoi qu’il en soit, n’hésites pas à me laisser un commentaire pour donner ton avis.

I/ Comment voyager, se déplacer, où dormir...

 Quand tu veux organiser ton premier voyage à long terme, tu as une multitude de questions. Où aller ? Que faire ? Que mettre dans ta valise, sac à dos ? Quel est le meilleur bar de la ville ? Le restaurant le plus cool et le moins cher du quartier ? Que visiter aux alentours ? Mon budget est-il suffisant ? Dois-je prendre ma carte bancaire ou uniquement de l’espèce ? Tant de question qu’on se pose… Et quand personne de tes connaissances a déjà fait un trip pareil et que tu cherches des renseignements, ton meilleur ami c’est Google

 J’ai donc surfé pendant des heures et des jours sur la toile, et j’ai découvert tout un nouveau monde ! Je suis tombée sur nombre de blogs de globetrotters, de sites d’expatriés, d’articles de presse, et beaucoup m’ont inspiré comme Lesacados ou encore votretourdumonde. Mon champ de vision s’est alors considérablement agrandi. Je me suis rendue compte que, aujourd’hui, voyager avec un low budget d’étudiant comme le mien, était possible. Certain allait même jusqu’à voyager sans argent ! Cela paraît fou, non ? Mais cela ne dépend en réalité qu’entièrement de votre philosophie de penser, et de votre capacité à vous adapter.

 Revenons-en à notre meilleur ami, Google ! Grâce au réseau, le net permet de nous connecter entre tout un chacun, toute culture confondue et surtout, partout dans le monde ! Grâce à de multiples sites, on peut rencontrer des tas de personnes aux cultures étrangères et vivre ainsi des expériences uniques. Connaissais-tu Couchsurfing ? Moi non plus ! Du moins au début. Mais maintenant, je ne pourrais plus me passer de ce magnifique site, qui fera d’ailleurs le sujet d’un prochain article où j’y inclurai quelques unes de mes expériences. En attendant, pour te donner une idée, couchsurfing, c’est un genre de Airbnb, à quelques géniales différences près !

Couchsurfing

 Ici, tu héberges chez l’habitant, mais surtout, tu dors là où il y a de la place. Par terre, sur un sofa, dans un matelas gonflable, dans un hamac, dans ta tente dans son jardin, ou bien dans une chambre privative. Peut-être même auras-tu tout un étage pour toi ! Ne rigoles pas ! Cela m’est déjà arrivé ! Car en couchsurfing, on voit de tout ! Mais la règle number 1 reste la même: ta couch est GRATUITE ! Ça à l’air trop beau pour être vrai ? Et pourtant, tu m’as bien entendu ou plutôt, lu ! Pourquoi ? Tout simplement lié par un principe de solidarité, par le plaisir d’échanger avec des personnes venant du monde entier autour d’un dîner, d’une marche dans la ville, d’un thé dans le salon etc….
 Désirant découvrir d’autres cultures et m’ouvrir aux autres, ce site est apparu à mes yeux comme le gral que je cherchais ! Il était évident que j’allais l’utiliser, et cela allait bien au delà du fait de sa gratuité.

 Je découvris également Workaway, HelpX et bien d’autres, te permettant de travailler et de voyager en même temps. Une super idée mais ce n’était pas celle auquelle j’aspirais pour le moment. Puis je tombais sur un article d’autostop… qui me bluffa ! 

Autostop

 S’il y avait bien une chose que je n’aurais jamais pensé faire, c’était bien cela ! On se souvient tous d’un jour lorsqu’on était petit avoir vu un drôle de gars moustachu sur la route, les cheveux gras et portant un énorme sac à dos en agitant une pancarte en ta direction ! Toi, le dévisageant de la tête au pied comme un alien et tes parents le dépassant avec méfiance, suspectant ce drôle d’oiseau et tout le danger qui l’encercle. Quel fou pouvait faire ça ?
 En effet, dans la vie, on juge souvent les autres sur leurs apparences, leurs actions, sans essayer de les comprendre, de trouver une explication. Et c’est en prenant conscience du point de vue de l’autostoppeur que je me suis laissée convaincre, décidée à tenter l’expérience. Après tout, ils sont des milliers à le faire, pourquoi pas moi ? Soyons aussi fou qu’eux ! Soyons aventureux !

 Je pratiquerai ainsi l’autostop et utiliserai couchsurfing. Pour un premier voyage, je commençais assez fort ! Mais ce n’étais pas tout ! En tombant sur un autre article, je choisis de mener ce voyage sans un seul centime ! Pourquoi ? Pour me challenger. Pour apprendre à vivre simplement, bien que je sois loin d’être excentrique, mais pour voir la vie sous un autre angle. Cela promettait en effet d’être riche en émotions. Aurais-je une carte de crédit, en cas de secours ? Non, rien de rien. Je bookerai uniquement mon avion, et ensuite, ça serait l’aventure TOTALE !

II/ Choisir sa destination

 C’est bien beau de savoir désormais comment on se déplacera et où on hébergera, mais… on va où en fait ?!
 J’aspirais à m’éloigner le plus loin possible de la France, rencontrer une culture tout autre que la mienne, me dépayser entièrement. Et bien sûr, un endroit au soleil et à la mer car, soyons honnête, une année à Paris … c’est des nuages et de la pluie !

 Lorsqu’on est enfant, on a plein de rêves. L’un des miens, c’était le fameux rêve Américain ! Oui, je sais, pas très original, plutôt banal même ! Mais quand même, la Californie, ça donne envie ! Je regardais ainsi le prix des billets d’avion et… Outch, ça faisait mal ! Je n’avais à ce jour perçu aucun salaire et mon budget était donc serré. 600 euros aller/retour… les Etats-Unies, c’était cool, mais ça serait pour une autre fois ! Et, en y réfléchissant bien, ce n’était pas ce à quoi j’aspirais. J’étais en quête de plus de simplicité.

 Je tombais alors sur un article parlant de la Thaïlande, de la facilité de s’y déplacer, de son peuple souriant et hospitalier, d’une cuisine délicieuse, de ses paysages magnifiques, ses temples grandioses… ça y est, je m’y voyais déjà ! Ayutthayah, Chiang Mai, Chiang Rai, Bangkok, Koh tao… Mais 3 raisons s’opposèrent à ce voyage :
La météo : J’organisais ce voyage pour une durée d’un mois, prévoyant de rentrer quelques jours sur Paris ensuite, puis d’explorer l’Italie et l’Espagne jusqu’à fin Août. Je partirais ainsi de mi-juin à mi-juillet… en pleine saison de la mousson ! Pas top ! Si j’organisais mon premier voyage dans un endroit si paradisiaque et à l’autre bout du monde, c’était pas pour me recevoir que de la flotte et ne voir que du gris à l’horizon !
La durée : La Thaïlande en 1 mois ? Et le Cambodge, le Vietnam, le Laos ? Ou le Népal, le Tibet, l’Inde, L’Indonésie ? Car après plusieurs recherches, c’est tout l’Asie que je voulais faire ! Si j’y allais, ce n’était pas pour 1 mois, c’était pour 1 an !!
– Le budget : Le prix de l’avion était au final équivalant à celui des Etats-Unis, bien que la vie moins coûteuse.
 L’Asie avait l’air d’un tout autre monde qu’il me tardait de découvrir. Mais là encore, le timing ne semblait pas être le bon.

 Repartons donc de zéro, en se concentrant sur l’Europe. Du soleil, la nature, la plage, des gens souriants et hospitaliers, une culture différente de la mienne, et, si possible, un petit pays qu’il serait aisé d’y faire le tour en 1 mois. Bien…. je cherche…. je cogite…. je compare…, mais je n’ai qu’un nom dans la tête. Ok,ok. OK ! Et pourquoi pas une île ? Pourquoi pas la Crète ?!  Je n’en avais entendu que du mien. La bonté du peuple, le rythme de vie cool et zen, les paysages paradisiaques, la cuisine savoureuse, les danses crétoises… Je la tenais ma destination ! Mais malgré tout… je doutais toujours.

III/ Phase de doutes

La réaction d'autrui

 Ça faisait des jours et des mois que ce voyage germait dans mon esprit et, lorsque j’avais soufflé quelques mots à mes parents quant à la possibilité de m’en aller cet été… disons qu’ils n’en avaient pas sauté de joie ! : « Toute seule ? Un mois, comme ça ? Tu ne trouves pas que c’est bien long pour un premier voyage ? A l’étranger, qui plus est ! Pourquoi pas une semaine en France ? Et avec une copine ? Et puis, l’autostop, non mais, ça va pas la tête ou quoi ? Sais-tu dans quel monde vivons-nous ? Il y a des attentats partout ! C’est bien trop risqué ! …. ». Plutôt pessimiste et pas vraiment encourageant, donc.

« La réaction de mon père était catégorique. C’était hors de question, inutile d’en reparler. Ma mère, elle, était partagée. »

 La réaction de mon père était catégorique. C’était hors de question, et inutile d’en reparler. Ma mère, elle, était partagée. Elle comprenait mon désir de partir à l’aventure, rencontrer d’autres cultures, et l’incroyable expérience que je pouvais en retirer. Sans compter que ma vision du monde allait s’en trouver changée, que ça allait me forger, j’allais prendre en autonomie, mon anglais allait progresser…. Mais il demeurait quelques (petits) problèmes ! L’autostop. Le couchsurfing. Sur qui pouvais-je tomber ? Ou encore la durée ou le fait d’y aller seule.
 Après quelques conversations ou je tentais désespéramment de leur expliquer ma vision des choses, je décidais d’abandonner, peine perdue. Ils restaient figés dans leur opinions, et on ne faisait que se disputer, cela ne servait à rien d’insister.
 En revanche, mes amis m’appuyaient. Bien que trouvant l’idée folle, ils étaient certain que j’allais vivre une aventure magnifique et que ça allait me transformer.

 Les jours passèrent ainsi, sans que je parvienne à me décider. C’est bien connu, tout projet menant à l’inconnu est toujours parsemé d’obstacles, de remises en questions…. Et dans mon cas, tout, absolument tout allait être nouveau !

Douter de ses capacités

 Allais-je être capable de voyager 1 mois, sans argent ? Avec un seul sac à dos de 15 Litres ? Sans tente, sans carte bancaire, sans aucun plan de secours ? De me débrouiller toute seule dans un autre pays, la langue m’étant étrangère, la culture différente ? Avais-je les capacités physiques et mentales pour envisager un tel voyage ? Pratiquer l’autostop ? Savoir réagir en cas de danger ? Marcher de longues heures chaque jour, sous une chaleur dont je n’avais pas l’habitude ?

 Tant de questions demeurant sans réponses !! Que je ne connaîtrais qu’en partant, en vivant pleinement cette aventure ! Car ce n’est certainement pas assis dans mon lit, devant mon ordinateur, que j’allais la vivre ! Je ne faisais qu’admirer celle des autres, sans que de mon côté, j’enclenche la 2ème. Or, il était temps d’accélérer une bonne fois pour toute ! Après tout, hormis mes parents, qu’est-ce qui me retenait ? Rien ! La peur de l’inconnue ? Foutaises ! Car n’était-ce pas ce que je recherchais après tout ? Des jours non monotones, non organisé de A à Z ? Sentir l’excitation du jour se lever, promettant un jour différent ? Laisser place à l’improvisation, être libre d’aller ou bon me semble ? Braver les interdits et « galérer » pour mieux apprendre à se relever ?

« Ce n’est certainement pas assis dans mon lit, devant mon ordinateur, que j’allais vivre mon aventure ! Je ne faisais qu’admirer celle des autres, sans enclencher la moindre vitesse. Et il était temps d’accélérer !!! »

 Bien que la réticence de mes parents m’ennuient, j’étais majeure et vaccinée, comme dit le dicton ! Il était donc temps de passer à l’action ! Ce fût ainsi un 1er Avril (drôle de coïncidence) que je réservais mes billets d’avions en secret ! Désolée papa et maman mais, non, ce n’était pas un poisson d’Avril ! 117 euros l’aller/retour, bien moins cher que les States quand même !

 Je me souviendrais à jamais de ce pur moment de joie… Appuyant sur le « confirmé » après  paiement… Criant intérieurement de bonheur…levant mon poing vers le ciel, victorieuse… Sentant l’euphorie me parcourir… Le rêve s’approchant… Car réserver son billet d’avion, c’est franchir une toute autre étape. C’est le commencement du commencement ! 

IV/ Départ

 La date de mon départ était dans 75 jours ! Je n’en revenais pas ! J’allais vraiment le faire ! Je m’achetais ainsi un petit guide sur la Crète et me préparais un itinéraire plus ou moins précis d’Ouest en Est. Je fis mes premiers contacts en Crète à travers des applications, et recueillis nombres de conseils. Je finis par révéler l’inavouable à mes parents quelques jours plus tard, et la pilule eût du mal à passer… ils m’en voulaient terriblement et ne portaient pas du tout ce voyage dans leur cœur. Mais que pouvaient-ils faire désormais ?

 Je préparais mon sac à dos, 2 t-shirt, 1 short, 1 pantacourt, 1 jogging, 1 pyjama, une petite serviette, 1 maillot de bain, une trousse de secours, une brosse à dent… et pas grand chose en plus. Ni tente, ni sac de couchage. J’allais vraiment faire le tour de la Crète sans argent avec ce petit sac à dos de rien du tout ? A peine 2.5kg ! Il faut croire que oui ! Bon Dieu ! Cela ne me ressemblait absolument pas, mais j’adorais ça ! 

Conclusion :

 Mon premier voyage date d’il y a déjà presqu’un an et demi, et il m’a été très formateur. Entre rires, pleurs, galères, émerveillements, j’ai vécu des choses uniques que je ne suis pas prête d’oublier. J’ai appris énormément sur moi-même et me suis découverte des capacités dont je ne soupçonnais pas l’existence. J’ai pris confiance en moi, ai appris à bousculer mes plans et à aller vers les autres.

 En 1 mois, j’ai parcouru de nombreux kilomètres en stop, eu des centaines de conducteurs, et ai rencontré une multitude de personnes ou chacun d’entre eux ont eu un impact sur mon voyage. Les paysages m’ont laissé sans voix et, la liberté que je me suis donnée m’a fait pousser des ailes et m’a rendu plus heureuse que jamais.

 J’ai pris conscience que ce n’est pas parce que nous sommes nés dans un pays, qu’il nous doit d’y rester, bien au contraire. Nous sommes nés sur la Terre avant tout, et notre maison s’étend bien au delà des frontières. A nous de constater avec nos propres yeux les nombreux trésors que notre planète contient, parmi les 204 pays dont elle est composée.
 Ainsi, j’ai su dès cette première expérience que voyager ferait désormais parti intégrante de ma vie. Après la Crète, je suis partie en Italie, puis en Belgique, et bien d’autres destinations, me transformant en une véritable globetrotter. Mais la Crète reste jusqu’ici mon coup de cœur, sans doute car ce fût ma première destination. C’est donc avec joie que je te présenterai cette magnifique île dans mon second article.
 Et toi, quelle fût ta première destination ? Ou quelle sera-t-elle ?

" data-link="https://twitter.com/intent/tweet?text=Partir+%C3%A0+l%27%C3%A9tranger+sans+argent+pour+la+premi%C3%A8re+fois&url=http%3A%2F%2Fwww.crazyfrenchtraveler.com%2Fpartir-a-letranger-sans-argent%2F&via=">">Tweetez
0 Partages

Cet article a 2 commentaires

  1. Bonjour, vraiment c’est la solutions pour celui qui n’a pas le moins de se déplacer merci a vous tous.

  2. Ton histoire est très cool mais dommage pour moi car je suis en Afrique et je fais aucun job pour m’acheter un billet d’avion.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
Inscris-toi à la Newsletter !

Entre ton email et suis mes aventures ! Apprend à voyager plus longtemps et moins cher !

Subscribe!